Crise au Mali : Paris appelle Bamako à mettre en oeuvre les propositions de la CEDEAO

0
64

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé mercredi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta à mettre en oeuvre les propositions formulées par la Cédéao pour sortir son pays de la crise politique. « Les présidents des Etats du Sahel ont exprimé dans le cadre de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) un certain nombre de propositions visant à atténuer la crise et à faire en sorte que le climat politique s’apaise », a-t-il déclaré lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale. »Nous souhaitons que ces dispositions initiées par la Cédéao puissent être mises en oeuvre par les autorités maliennes actuelles », a-t-il ajouté.Le mouvement dit du 5 juin, qui a fait descendre dans les rues de la capitale, Bamako, des dizaines de milliers de personnes à deux reprises en juin, appelle à un nouveau rassemblement contre le président Keïta vendredi.En mai, de premiers rassemblements antigouvernementaux avaient déjà eu lieu après l’annulation de l’élection d’une trentaine de candidats aux législatives de mars-avril, au profit notamment du camp présidentiel.La Cédéao prône la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et l’organisation d’élections législatives partielles dans les circonscriptions disputées.Le président malien s’est dit prêt à la formation d’un gouvernement d’union nationale mais n’a pour l’heure pas donné suite à l’idée de législatives partielles.Le Mali risque d’autant plus d’être déstabilisé par cette contestation qu’il est déjà confronté depuis 2012 à des attaques jihadistes, auxquelles se mêlent depuis cinq ans des affrontements communautaires meurtriers. M. Le Drian a également réclamé la libération du chef de l’opposition parlementaire, Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars alors qu’il était en campagne pour les législatives dans la région de Tombouctou (nord-ouest). »La France dit son indignation devant la situation faite à M. Cissé (…) Nous appelons ceux qui l’enferment aujourd’hui à le mettre à la disposition de la démocratie malienne », a lancé Jean-Yves Le Drian.A défaut de preuve formelle et de revendication, les soupçons pèsent sur le groupe jihadiste d’Amadou Koufa, affilié à Al-Qaïda.La France est très engagée au Sahel, région où elle a notamment déployé plus de 5.000 militaires dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici