Loup en Seine-Maritime : « Ce n’est pas en réduisant drastiquement la population de loups qu’on va régler le problème », estime un géographe

0
0

L’Office français de la Biodiversité a confirmé la présence d’un loup en Seine-Maritime mardi 21 juillet. Cette présence ne surprend pas Farid Benhammou, géographe et chercheur associé au laboratoire Ruralités à l’université de Poitiers.

Invité de franceinfo ce mercredi, il a expliqué que « tout le territoire français peut potentiellement être colonisé ou impacté par une présence du loup »« Ce n’est pas en réduisant drastiquement la population de loups comme on est en train d’essayer de le faire actuellement, qu’on va régler le problème », a-t-il réagi. Farid Benhammou a pointé du doigt « la politique actuelle de la France qui vise parfois à essayer de limiter la prédation », et a assuré que la présence du loup « ne représente pas de danger particulier » pour les êtres humains.

franceinfo : Comment pouvez-vous expliquer la présence d’un loup dans cette zone ?

Farid Benhammou : À l’heure actuelle, les loups qui sont venus naturellement d’Italie dans les années 1990 et qui se sont principalement installés dans les Alpes, fonctionnent en meute. Quand il y a trop de jeunes dans un groupe, ils sont amenés à partir. Un jeune loup qui part coloniser peut faire plusieurs dizaines, centaines de kilomètres, on a un record à plus de 2 200 kilomètres parcourus en Europe. Un loup peut facilement faire 80 kilomètres en 24 heures, c’est un animal extrêmement endurant. À l’heure actuelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici