L’Iran a déjà gagné sa guerre d’Irak contre les Etats-Unis

0
7

Les Etats-Unis ne contrôlent plus en Irak que des bases isolées, dont ils acceptent même le bombardement par l’Iran, à condition qu’il n’y ait pas de mort.

Drapeau américain piétiné au sol à Bagdad, le 3 janvier (Ahmed al-Rubaye, AFP)

Le conflit ouvert entre les Etats-Unis et l’Iran, le 27 décembre en Irak, se conclut, le 8 janvier, par une incontestable victoire de Téhéran. La République islamique a en effet pu ce jour-là tirer une bordée de missiles contre deux bases américaines en Irak sans s’attirer la moindre riposte de Washington. Que ce bombardement n’ait fait que des dizaines de blessés importe moins que la défaite ainsi acceptée par l’administration Trump. Piégée en Irak par un rapport de forces écrasant en faveur de l’Iran, la Maison blanche ne pourrait reprendre la main que par une escalade régionale, dont les éventuels gains militaires s’accompagneraient de conséquences politico-économiques dévastatrices. La victoire iranienne étant à ce stade acquise, il importe d’en tirer les principales leçons.

LA GUERRE DE DOUZE JOURS

Cette « guerre d’Irak » n’aura duré que douze jours et n’aura causé qu’une quarantaine de morts. Elle aura pourtant consacré une nouvelle réalité géopolitique: l’interventionnisme américain au Moyen-Orient, de plus en plus privé de relais locaux, part perdant face à une puissance iranienne qui a méthodiquement enraciné ses réseaux d’influence, avant tout en Irak. Ce conflit a été ouvert par l’Iran, avec le tir de mortier sur une base de Kirkouk où un interprète américain a été tué, le 27 décembre, et s’est conclu par une salve de missiles, tirés depuis le territoire iranien, contre deux bases américaines, l’une à l’ouest de Bagdad, l’autre au Kurdistan irakien. Dans l’intervalle, l’Iran et ses partisans ont essuyé les plus lourdes pertes, avec au moins 25 miliciens pro-iraniens tués dans des frappes américaines, le 29 décembre, attaque le surlendemain de l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad et raid américain du 3 janvier où périssent à Bagdad le général Soleimani et neuf de ses compagnons d’armes.

Le Pentagone a prétendu « restaurer la dissuasion » avec l’Iran en liquidant le chef des forces spéciales des Gardiens de la Révolution, mais Soleimani s’avère, comme le martèle la propagande iranienne, « plus dangereux mort que vivant ». L’architecte de la politique expansionniste de la République islamique a promptement été remplacé par un successeur déjà aguerri, tandis que sa mort aux mains du « Grand Satan » a permis d’étouffer les voix dissidentes en Iran comme en Irak, malgré les vagues de contestation que la République islamique y avait récemment réprimées. Ce rétablissement d’une unité, au moins de façade, du camp chiite face aux Etats-Unis représente un acquis considérable pour le régime des ayatollahs, dont la stratégie régionale fléchissait face à la protestation populaire de l’automne dernier. En outre, le Parlement irakien a voté, le 5 janvier, à l’unanimité des 170 députés présents, en faveur de l’expulsion des forces américaines. Quant à la frappe iranienne du 8 janvier, elle a ciblé aussi une base américaine au Kurdistan d’Irak, où le Pentagone envisage de se replier en cas d’aggravation de la situation dans le reste du pays.

L’ABSENCE DE STRATEGIE AMERICAINE

Les Etats-Unis n’ont désormais plus en Irak cinq mille soldats d’une force de projection, mais cinq mille otages potentiels d’une nouvelle escalade avec l’Iran. Ils ne réagissent d’ailleurs plus qu’en représailles à des attaques contre leurs ressortissants ou leurs intérêts (la mort d’un sous-traitant à Kirkouk ou l’assaut contre l’ambassade à Bagdad), démontrant au monde entier leur absence cruelle de vision stratégique. Cette absence n’est pas nouvelle, car les Etats-Unis ont renoncé depuis longtemps à considérer l’enjeu irakien comme une fin en soi: George W. Bush a décidé, en 2003, l’invasion et l’occupation du pays dans la perspective, vite frustrée, de l’avènement d’un « Grand Moyen-Orient » pro-américain; Barack Obama a lancé, en 2014, une coalition contre Daech qui accordait en Irak la protection aérienne du Pentagone à Soleimani et à ses réseaux ; Donald Trump n’a vu en Irak qu’un théâtre de son bras de fer avec l’Iran, proférant ces derniers jours des menaces à l’encontre de Bagdad totalement contre-productives.

L’Iran, à la différence des Etats-Unis, a développé en Irak une stratégie méthodique de longue haleine, menée en trois temps: neutralisation de la menace militaire de l’Irak; montée en puissance de milices pro-iraniennes sur le plan sécuritaire et politique; infiltration des institutions irakiennes, entre autres dans la ville sainte chiite de Najaf. Cette stratégie porte aujourd’hui ses fruits avec la marginalisation des forces américaines, en attendant leur retrait à terme, du fait d’une position largement intenable. Il n’y aura pas d’image d’hélicoptères en fuite, comme à Saïgon en 1975, mais l’humiliation n’en sera pas moins sévère. Le contraste ne saurait être plus choquant avec le déplacement inédit de Vladimir Poutine à Damas, peu avant le tir de missiles iraniens contre deux bases américaines en Irak: le maître du Kremlin, plutôt que de visiter Bachar al-Assad en son palais, l’a convoqué sur la base russe de la capitale syrienne, où les deux dirigeants se sont rencontrés… sous un portrait de Poutine.

Le bateau ivre de la Maison blanche aura beau continuer d’éructer ses tweets, l’Amérique a bel et bien perdu cette « guerre de douze jours » face à l’Iran.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici