Que cache la mystérieuse Zone 51, base secrète américaine ?

0
20
Deux Hollandais âgés d’une vingtaine d’années viennent d’être condamnés à une peine de dix jours de prison pour avoir pénétré dans la fameuse Zone 51, dans l’ouest des États-Unis. Et le 20 septembre, des internautes prévoient de rentrer, de force, dans ce site militaire secret. Ces deux événements mettent en lumière cette base, véritable machine à fantasmes.

Ils s’appellent Govert Sweep et Ties Granzier. Ces deux Hollandais, âgés d’une vingtaine d’années, ont été condamnés à une peine de dix jours de prison par un juge américain, ce lundi.

La sentence devrait être ramenée à trois jours de détention, s’ils s’acquittent d’une amende d’un peu plus de 2 000 € chacun.

Les deux hommes ont été interpellés, il y a une dizaine de jours, dans la fameuse Zone 51. Ce site militaire mythique de l’ouest des États-Unis, interdit d’accès, est une véritable machine à fantasmes.

Selon certaines des rumeurs et théories du complot les plus folles, l’armée américaine y étudierait des extraterrestres…

Govert Sweep et Ties Granzier sont très suivis sur les réseaux sociaux où ils produisent des vidéos, de voyage notamment, et prévoyaient justement de tourner des images du site secret, rapporte l’agence de presse américaine Associated Press.

L’accès au site est, évidemment, rigoureusement interdit. (Photo : x51/Wikimédia Commons/CC BY-SA 3.0)

Ils s’étaient rendus là en amont d’un mystérieux événement qui devrait s’y dérouler le 20 septembre. L’idée ? Envahir le site pour tenter de découvrir ce que cacherait la base…

Plus de deux millions de personnes se sont dites « intéressées » par cet événement, sur le réseau social Facebook. Les autorités s’inquiètent, et certains organisateurs se sont retirés du projet.

Ces deux événements mettent en lumière cette base militaire secrète, encore entourée de beaucoup de mystères.

Voici ce que l’on sait sur cette fameuse Zone 51.

C’est quoi, la zone 51 ?

Le nom « Zone 51 » évoque un site militaire de l’État américain du Nevada, dans l’ouest du pays. C’est l’un des plus confidentiels, dont on sait relativement peu de choses.

Le site vu de l’espace, avec le lac asséché de Groom. (Photo : NASA Landsat/Wikimédia Commons/Domaine public)

Situé dans une région désertique éloignée des regards, ce terrain sert à tester de nouveaux avions militaires américains, et à entraîner leurs futurs pilotes.

Tout commence en avril 1955, quand des officiers de la CIA, l’agence centrale du renseignement américain, et l’Armée de l’air choisissent ce site pour réaliser des essais d’un avion espion qui est alors en train d’être développé : le U-2.

Des infrastructures sont construites et les tests démarrent en juillet, rapporte la chaîne de télévision américaine CNN.

Et pourquoi « Zone 51 » ? Selon la CIA, c’est ainsi qu’était nommée cette étendue désertique, sur les cartes de la région. Aujourd’hui, l’administration américaine préfère parler de Nevada Test and Training Range at Groom Lake, ou Site de test et d’entraînement du Nevada au lac Groom, en français.

Pourquoi le site fait-il penser aux extraterrestres ?

Dans l’imaginaire collectif, la Zone 51 est synonyme d’extraterrestres. Une association d’idée fortement aidée par de nombreux films et autres séries télévisées.

Mais comment en est-on arrivé là ? Selon le magazine américain Time, les rumeurs sont nées dans les années 1950. Des habitants de la région auraient repéré des objets volants non identifiés évoluant dans le ciel, au-dessus du site.

L’avion espion U-2A, au musée de l’Armée de l’air américaine. Encore en service aujourd’hui, l’avion a été modernisé à plusieurs reprises. (Photo : USAF/Wikimédia Commons/Domaine public)

En 1959, le Evening Gazette, un journal de la ville de Reno, dans le Nevada, évoque un objet « lumineux, de couleur verte, descendant en direction de la Terre à une vitesse trop importante pour un avion ».

Les journalistes s’appuient alors sur des « témoignages » d’habitants de la région… apparus au même moment que les premiers tests de l’avion espion U-2.

À l’époque, l’appareil vole beaucoup plus haut que les autres avions de l’époque, relève un document de la CIA sur ce programme, passablement caviardé et disponible sur le site internet de l’agence.

Résultat, « les vols de test à haute altitude du U-2 ont eu un effet secondaire inattendu : une augmentation importante des signalements d’objets volants non identifiés », note encore la CIA.

Autre élément : la carlingue du U-2 est alors argentée et réfléchit les rayons du soleil quand il vole à haute altitude. Une vision forcément troublante pour les pilotes de ligne et les observateurs au sol de l’époque, qui s’interrogent.

Un véritable tourisme lié aux extraterrestres s’est dévéloppé, dans ces régions désertiques de l’Ouest américain… (Photo : Kvasir/Wikimédia Commons/CC BY 2.5)

Le contexte est également propice au développement de telles rumeurs. Moins de dix ans se sont écoulés depuis l’affaire de Roswell. Le 2 juillet 1947, un objet volant non identifié aurait explosé en plein vol au-dessus du sud des États-Unis (sic).

Des corps d’extraterrestres auraient été découverts au sol, et auraient été étudiés dans la Zone 51, toujours selon ces fantasmes.

D’autres éléments sont venus épaissir le mystère qui entoure l’endroit : la CIA n’a admis l’existence de cette Zone 51 qu’en 2013 ; et puis ce site, aussi sensible que discret, est logiquement étroitement surveillé…

Que teste-t-on ici exactement ?

Au début de la guerre froide, l’importance du renseignement se fait de plus en plus grande, et les États-Unis commencent à développer le U-2.

Objectif : avoir des yeux au-dessus du Rideau de fer, abaissé par Moscou au-dessus de l’Europe de l’Est, et même en Union Soviétique.

C’est réussi. En 1956, un U-2 américain parti d’Allemagne de l’Ouest arrive à voler au-dessus du territoire soviétique, explique un historique de l’avion dressé par le géant de la défense américain Lockheed Martin, qui construit l’appareil.

L’armée et la CIA testent d’autres avions, au fil des ans, raconte CNN, comme l’avion furtif F-117.

L’avion furtif F-117, lui aussi testé dans la Zone 51. (Photo : Staff Sgt. Aaron Allmon II/US Air Force/Domaine public)

Aujourd’hui encore, la Zone 51 est encore utilisée par les militaires américains. C’est ce qu’a indiqué Laura McAndrews, une porte-parole de l’armée de l’air américaine, au quotidien américain The Washington Post, en évoquant l’événement prévu en septembre.

La Zone 51 « est un site d’entraînement pour l’armée de l’air américaine, et nous décourageons quiconque de tenter de pénétrer dans un secteur où nous entraînons des soldats américains »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

%d blogueurs aiment cette page :