France-Russie : le Mali et la Centrafrique au cœur d’une guerre d’influence sur Facebook

0
7
Lors d’une manifestation contre la France, à Bamako, le 22 septembre 2020.

Le réseau social américain a supprimé plusieurs dizaines de faux comptes dédiés à la promotion de la politique étrangère française et à la critique de celle de la Russie. La campagne, visant le Mali et la Centrafrique, aurait été menée par « des individus associés à l’armée française ».

Les tentatives de manipulation du débat public sur Facebook semblent s’intensifier sur le continent. Les équipes de Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité du réseau social américain ont annoncé avoir démantelé trois réseaux de comptes, groupes, et pages qui diffusaient depuis janvier 2020 « des rumeurs ou fausses informations de façon coordonnée et au nom d’entités étrangères ou gouvernementales ».

Un réseau piloté depuis la France

C’est la première fois, depuis que la plateforme de Mark Zuckerberg est engagée dans la chasse à ce qu’elle définit comme des « comportements inauthentiques coordonnées », que l’un de ces réseaux est basé en France.

Composé de 84 comptes, six pages et neuf groupes Facebook ainsi que 14 comptes Instagram, il a principalement ciblé la Centrafrique et le Mali, via l’utilisation de faux comptes permettant à des individus basés en France de se faire passer pour des citoyens locaux.

Image d’illustration.

265 comptes et pages, soupçonnés par Facebook d’être gérés par une entreprise israélienne et de diffuser de fausses informations politiques principalement sur des pays africains, ont été bloqués, a annoncé jeudi la firme américaine.

Dans un communiqué publié jeudi, Facebook a déclaré avoir bloqué 265 comptes, pages, groupes et événements de son réseau social et d’Instagram. Ils s’activaient surtout en Afrique, principalement au Nigeria, au Sénégal, au Togo, en Angola, au Niger et en Tunisie – ainsi qu’en Amérique latine et en Asie du sud-est. « Les personnes à l’origine de ce réseau ont utilisé de faux comptes pour créer des pages, diffuser leurs contenus et influencer les politiques dans ces pays », indique le communiqué.

« Ces comptes n’ont pas été supprimés en raison de ce qu’ils disaient ou de qui les avait créés, mais en raison de leur comportement, qui visait à tromper les utilisateurs », a précisé Nathaniel Gleicher, le responsable de la sécurité de Facebook, lors d’une conférence de presse.

Ces différents comptes – 6 800 en tout, sur Facebook et Instagram – publiaient et commentaient en français et en arabe des messages visant à promouvoir l’action des forces françaises au Sahel et d’autres initiatives hexagonales en Afrique francophone.

En Centrafrique, ces faux comptes ont notamment lancé ou relayé des « allégations d’ingérence potentielle de la Russie dans les élections », des « commentaires favorables sur l’armée française » ou encore des « critiques de l’implication de la Russie dans le pays ». Au Mali, quand certains messages portaient sur la promotion des actions de l’Agence française de développement, d’autres s’attaquaient directement à la politique russe vis-à-vis de Bamako. « L’impérialiste russe gangrène le Mali ! Attention à la lobotomisation tsarienne ! », peut-on ainsi lire sur l’un des messages mis en exergue par les équipes de Facebook. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici