Climat : le Parlement européen se prononce pour la fin des ventes des voitures essence, diesel et hybrides neuves en 2035

0
7

Les députés européens ont adopté mercredi cette disposition phare du plan de l’Union européenne pour lutter contre le réchauffement climatique.

C’est l’une des mesures phares du plan de l’Union européenne pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et limiter le réchauffement climatique. Les députés européens ont voté, mercredi 8 juin, la fin des ventes de voitures thermiques et hybrides neuves en 2035. De fait, seules les voitures électriques à batterie seront autorisées sur le marché du neuf. Cette mesure, proposée par la Commission européenne, a été adoptée avec 339 votes pour, 249 contre et 24 abstentions. Elle doit maintenant être discutée avec les Etats membres.

L’objectif du « zéro émission » a fait l’objet d’une âpre bataille dans l’hémicycle, avec un amendement du PPE (droite pro-européenne et première force au Parlement) proposant de viser plutôt une réduction de 90% des émissions automobiles en 2035. Cela aurait permis de poursuivre la vente de voitures hybrides. L’amendement a finalement été rejeté de justesse. A l’inverse, les Verts, qui voulaient avancer l’interdiction des moteurs thermiques à 2030, n’ont pas non plus convaincu.

Blocage sur la réforme du marché carbone

« C’est un peu la seule bonne nouvelle qui résulte de l’examen de ce paquet climat, réagit auprès de franceinfo le responsable Europe du Réseau action climat, Neil Makaroff. C’est la garantie de la bifurcation de l’industrie automobile européenne, qui devra proposer des véhicules à faibles émissions aux Européens, c’est une bonne chose pour le climat ».

Un peu plus tôt, les députés européens avaient échoué à se mettre d’accord sur une réforme du marché du carbone et la mise en place d’une taxe aux frontières de l’Europe. Ce texte a été rejeté par 340 voix contre (265 pour, 34 abstentions), les eurodéputés Verts et de gauche fustigeant les propositions pas assez ambitieuses à leurs yeux du PPE (droite) et de Renew (centriste et libéraux) sur le calendrier et les objectifs.

Ces mesures font partie du plan de la Commission européenne pour réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre en 2030. Ces émissions, produites lorsque nous brûlons du pétrole, du charbon ou du gaz pour nous déplacer, nous alimenter ou encore nous chauffer, sont la principale cause, avec la déforestation et le changement d’usage des sols, du réchauffement climatique en cours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici