« Cela prendra quelques mois, un an, trois ans, mais Poutine tombera »

0
7

ENTRETIEN. Arrêté quelques jours après son arrivée à Moscou, début avril, l’opposant russe Vladimir Kara-Murza encourt dix ans de prison. Son épouse Evguenia évoque son sort.

La Russie compte un prisonnier politique de plus : Vladimir Kara-Murza, 40 ans, jusqu’ici réfugié aux États-Unis et arrêté le 11 avril lors d’un déplacement à Moscou. Proche de l’opposant Boris Nemtsov assassiné en 2015, Vladimir Kara-Murza, diplômé de l’université de Cambridge, est connu pour avoir milité auprès des parlementaires américains en faveur de l’adoption de la loi Magnitski, du nom de cet avocat russe engagé dans la lutte contre la corruption et tué en prison en 2009.

Le texte, repris dans de nombreux pays, prévoit le déclenchement de sanctions à l’égard de personnalités russes coupables de violations des droits de l’homme. Depuis l’entrée en vigueur de loi Magnitski, l’opposant Kara-Murza est la cible du Kremlin. Il a survécu à deux empoisonnements : le premier, en 2015, lor…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici