Un astéroïde composé d’éléments essentiels à la vie ?

0
12

Des scientifiques japonais ont révélé avoir retrouvé des acides aminés dans des échantillons prélevés en 2019 par une sonde spatiale sur l’astéroïde Ryugu.

L’astéroïde Ryugu, sur lequel les Japonais ont pu prélever des échantillons (grâce à une sonde spatiale en 2019), a livré certains de ses secrets. Des acides aminés, éléments de base de la vie sur Terre, ont été découverts dans ces échantillons, selon une étude scientifique nipponne publiée vendredi. Ces acides aminés et autres matières organiques provenant « pourraient donner des indices sur l’origine de la vie sur Terre », indique cette étude de chercheurs dirigée par l’université d’Okayama (ouest du Japon).

« La découverte d’acides aminés capables de former des protéines est importante, parce que Ryugu n’a pas été exposé à la biosphère de la Terre, contrairement à des météorites », selon cette étude. Par conséquent, « leur détection prouve qu’au moins certaines de ces briques élémentaires de la vie sur Terre pourraient avoir été formées dans des environnements spatiaux », ajoute la même source

L’astéroïde Ryugu découvert en 1999

Les chercheurs ont précisé avoir identifié 23 types différents d’acides aminés dans 5,4 g d’échantillons de roche et de poussière noires collectés sur Ryugu par la sonde japonaise Hayabusa-2, dont la capsule était revenue sur Terre fin 2020 avec sa précieuse cargaison après une mission de six ans.

Découvert en 1999, l’astéroïde Ryugu (« Palais du dragon » en japonais) est situé à plus de 300 millions de kilomètres de notre planète et il fait moins de 900 mètres de diamètre.

Les scientifiques pensent qu’une partie de la matière de l’astéroïde a été créée environ cinq millions d’années après la naissance de notre système solaire et n’a pas été chauffée au-delà de 100 degrés Celsius.

Selon une autre étude publiée jeudi dans la revue américaine Science, la matière prélevée sur Ryugu a « une composition chimique qui ressemble davantage à celle de la photosphère du Soleil » qu’à celle de météorites. Les échantillons de Ryugu « donnent une raison de penser que les acides aminés ont été amenés sur Terre depuis l’espace », confirme Kensei Kobayashi, un astrobiologiste et professeur émérite de l’université nationale de Yokohama interrogé par l’AFP. Selon une autre théorie, les acides aminés auraient été créés dans l’atmosphère primitive de la Terre via la foudre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici