Sucre : « La véritable raison du rebond du cours est en lien avec l’éthanol et la hausse des prix des carburants »

0
3

Les investisseurs financiers ont, depuis deux ans, retrouvé de l’appétit pour le sucre. A New York, la livre de brut se négocie à près de 19 cents, quand elle frôlait les 10 cents en pleine déprime.

Au printemps, les agriculteurs ont jeté les dés sur tapis vert. Betterave, tournesol, maïs, orge… Faites vos jeux ! Misez vos semences au mieux. Chaque année, la roue de la fortune agricole tourne et fait son lot de gagnants et de perdants. Alors que les plantes sortent de terre, le ministère de l’agriculture a lancé sa sonde pour estimer les mises. Selon les données publiées mercredi 8 juin, le tournesol semble avoir fait tourner les têtes. La belle fleur ronde devrait couvrir une superficie de 800 000 hectares, en progression de 14 %. Un tapis jaune de taille inédite.

La pénurie d’huile de tournesol en rayon, suscitée par les achats paniques des consommateurs inquiets d’une rupture d’approvisionnement à la suite de l’invasion russe en Ukraine, producteur de la moitié des volumes mondiaux, enflammant les cours, a joué. De plus, sa sobriété est devenue un atout maître quand le prix des engrais explose. L’orge de printemps gagne également des surfaces. A l’inverse, les champs de betteraves sucrières continuent de fondre. Ils sont passés sous la barre des 400 000 hectares, cumulant une baisse de 11 % sur les cinq dernières années.

 L’huile de tournesol pourra être remplacée dans les frites, chips ou biscuits, sans modifier les emballages : ce qui change pour vous

Cette attrition pourrait se poursuivre, selon Gérard Clay, président de la coopérative Tereos, deuxième groupe sucrier mondial, qui table sur un nouveau recul de 10 % d’ici à 2024. Les planteurs ne se font pas assez de blé avec le sucre, disent-ils. Il est vrai qu’orge, colza, tournesol se négocient à prix d’or. Pourtant, depuis la crise, en 2019, où la rémunération de la betterave sombrait à 22,30 euros la tonne, le prix de la racine a remonté la pente pour dépasser les 28 euros la tonne en 2021. Elle pourrait même se négocier à plus de 30 euros lors de la prochaine récolte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici