Nupes : « Appeler à l’insoumission aux règles européennes tout en sollicitant la solidarité de l’UE est une gageure imprudente »

0
3

Dans sa chronique, Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde », conteste la pertinence du programme économique de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, qui a obtenu près de 26 % des voix lors du premier tour des élections législatives.

Du programme de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), ce sont ses soutiens à l’étranger qui en parlent le mieux. « Ce n’est pas pertinent de s’attarder sur ce programme, qui n’a que peu d’importance. Si Jean-Luc Mélenchon devient premier ministre, un nouveau sera élaboré », explique, dans Libération, le Grec Yanis Varoufakis, ministre des finances du gouvernement Tsipras en 2015, en pleine crise de la dette, et figure de la gauche radicale européenne. « Quiconque critique cette coalition simplement à partir de ce programme ne veut tout simplement pas sa victoire. Je pense que les électeurs sont plus intelligents que cela. »

Critiquer un programme sans importance, mais sur lequel les électeurs sont amenés à se prononcer pour faire émerger une majorité et un premier ministre chargé de déterminer et conduire la politique de la nation, reviendrait donc à faire injure à leur intelligence puisqu’ils savent qu’il ne sera pas appliqué à la lettre. Sérieusement ? Au lendemain du premier tour des élections législatives, qui ont donné une fortedynamique à la coalition de gauche pour le second, il semble au contraire indispensable d’éclairer le jugement des Français sur cette feuille de route.

La Nupes veut « gouverner par les besoins ». Il n’est pas question de nier qu’ils sont immenses en ces temps de transition écologique et de délabrement de notre système de santé et d’éducation. Mais tout est une question de curseur. Pendant la crise pandémique, Emmanuel Macron l’avait déjà placé très haut avec son « quoi qu’il en coûte », avant de mettre en place de dispendieux dispositifs contre l’inflation. Sus à l’« ultralibéralisme », clament les « insoumis » et leurs alliés, qui affirment qu’ils n’ont de leçon de bonne gestion à recevoir de personne et qu’il faut encore accélérer la cadence des dépenses. La plupart de nos voisins européens, eux, se contentent de « gouverner par les moyens ». Quels petits bras !

Choc fiscal inédit

La Nupes propose aux Français de moins travailler, moins longtemps, d’être mieux payés et de recruter 1 million d’emplois publics, le tout pour la somme annuelle de 250 milliards d’euros pendant cinq ans. Dans la théorie économique « insoumise », librement inspirée de celle dite des « multiplicateurs keynésiens », cette injection d’argent public doit générer 267 milliards de recettes, les Français payant plus de taxes et de cotisations avec la relance de l’activité. Pour boucler l’ensemble, s’impose un choc fiscal inédit, dont les effets négatifs ont été soigneusement ignorés par la Nupes. Celle-ci s’était trouvé une caution en la personne de l’économiste Olivier Blanchard, qui a travaillé sur cette théorie, avant qu’il ne prenne clairement ses distances avec ces calculs hasardeux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

%d blogueurs aiment cette page :