2016-05-12t151133z_2125235625_s1betdqgrdaa_rtrmadp_3_brazil-politics_0A peine évincée de la présidence brésilienne, Dilma Rousseff continue le combat. Désavouée par une partie de l’opinion et par la grande majorité des parlementaires, l’ex-chef de l’Etat ne compte pas en rester là. Loin d’être inactive, elle se consacre désormais à sa défense.

Avec notre envoyé spécial à Brasilia, Achim Lippold

Ecartée du pouvoir depuis le 12 mai, la présidente du Brésil Dilma Rousseff doit s’habituer à un nouveau quotidien. Jusqu’à la dernière minute, elle avait un agenda bien rempli. Mais sa retraite politique provisoire ne signifie pas pour autant du repos : elle doit préparer sa défense pour son procès de destitution et veut mobiliser l’opinion publique en sa faveur.

Pour cela, elle peut compter sur certains privilèges liés à sa fonction. Une résidence officielle au bord d’un lac, une équipe de conseillers, des gardes de sécurité, des médecins personnels… Même après sa suspension, Dilma Rousseff conserve la plupart de ses droits en tant que présidente. Son salaire ne changera pas non plus : 31 000 reals, soit 7 800 euros. Tout a été négocié en coulisses car le règlement sur la destitution ne détaille pas les privilèges dont un président mis en accusation peut bénéficier.

Mobilisation

Dilma Rousseff disposera aussi de l’avion présidentiel. Un outil précieux qui lui permet de plaider sa cause partout au Brésil et même à l’étranger. Contrairement à l’ancien président Fernando Collor, qui attendait le verdict de son procès de destitution retiré sur la propriété familiale, Dilma Rousseff joue la carte de la mobilisation. Elle souhaite organiser de nombreuses réunions publiques pour dénoncer ce qu’elle qualifie de « coup d’Etat ». Elle compte aussi lancer un site Internet pour relayer ses arguments sur les réseaux sociaux.

Mais pour l’instant, la présidente se concentre sur sa défense. Il lui reste 18 jours pour présenter ses arguments au président de la Cour suprême qui dirigera le procès.

Source: http://www.rfi.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here