Chronique: Mon Afrique sur 4 angles

    0
    0

    Procès de Hissen Habré : « J’ai été emprisonné un an, sept mois, par Saleh Younouss, directeur de Dds parce qu’on m’a surpris en train de donner à manger aux prisonniers coddos », dit un témoin

    A la barre des chambres africaines extraordinaires (Cae), les témoins continuent de tremper l’ex-président tchadien poursuivi pour crime contre l’humanité. Selon nos confrères du journal l’observateur du Groupe Futurs médias, hier, mercredi, c’est Marabi Toudjibedj, un ancien chef de Dds qui était devant les juges pour apporter sa part de vérité de ce qui est reproché à l’ancien chef d’Etat tchadien réfugié au Sénégal depuis 1990.

    Dans sa livraison de ce jeudi le quotidien Sénégalais du groupe futurs médias constate que Marabi Toudjibedj n’a pas dérogé à la règle. Deuxième agent de la direction de la documentation et de la sécurité (DDS)à venir témoigner à la barre, après Bandoum Badjim, il a raconté l’horreur perpétré dans les cellules de la Dds. Agent de la brigade spéciale d’intervention rapide (bsir), avant d’être affecté à la Dds comme chef de poste, Marabi Toudjibedj dit avoir subi les foudres des responsables de la Dds. « J’ai été emprisonné un an, sept mois, par Saleh Younouss, directeur de Dds parce qu’on m’a surpris en train de donner à manger aux prisonniers coddos », a révélé le témoin aux juges des chambres africaines extraordinaires (Cae).

    « On comptait 45 à 60 morts par jours dans les cellules »
    Et pour montrer qu’Habré avait une main mise sur la Dds, il confie : « le président Hissen Habré visitait les centre de détention, deux fois par mois, et je l’ai vu cinq fois, en tant que chef de poste sans parler avec lui. Il y venait deux fois par mois accompagné de 3 à 4 gardes du corps. Il était souvent avec le directeur Saleh Younouss ».

    Le témoin de souligner encore qu’on notait jusqu’à six morts par jour et les cadavres étaient enterrés par les prisonniers. Au moment des tortures, ce sont mes éléments qui ligotaient les prisonniers »

    Pis, informe le témoin : « Pendant les périodes de chaleurs (mars-avril), le nombre de morts était sensiblement élevé et variait entre 45 et 60 cadavres. Il y avait un véhicule 4X4 bâché qui transportait les cadavres.

    Algérie: le général à la retraite Hocine Benhadid interpellé

    En Algérie, un général à la retraite à été interpellé mercredi 30 septembre. Hocine Benhadid avait, quelques jours auparavant, donné une interview à une web-radio au cours de laquelle il critiquait ouvertement les proches d’Abdelaziz Bouteflika ainsi que le chef d’état-major.

    En fin de journée mercredi 30 septembre, la voiture du général Hocine Benhadid est arrêtée et immobilisée à Alger par plusieurs véhicules de police et de gendarmerie. Le général à la retraite est emmené au commissariat. Selon un journaliste d’El Watan, aucun motif d’arrestation n’est donné au général, mais cette interpellation intervient une semaine après une interview particulière.

    Hocine Benhadid, interrogé mardi dernier par le site internet algérien Maghreb Emergent, s’en est pris aux proches du président Abdelaziz Bouteflika, qu’ils traitent de voleurs. D’abord, le frère du président, Saïd Bouteflika, qu’il accuse de détruire les institutions pour rester « maître à bord ». Ensuite, le chef d’état-major, Ahmed Gaid Salah, mais aussi Ali Haddad, chef du patronat.

    Ce dernier a d’ailleurs porté plainte pour diffamation. Le général Benhadid était un haut responsable de l’armée algérienne. Ancien commandant de la 8e division blindée, un corps très renommé dans le pays, il a démissionné en 1996. Peu habitué à faire des déclarations à la presse, il était sorti de son silence l’année dernière, pour s’opposer au 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

    Mais où est passé le leader de l’opposition mozambicaine ?

    Le leader s’est envolé, au sens propre. C’est ce qu’ont conclu les chefs traditionnels de Gondola (centre), où un affrontement entre la police et le convoi du chef de la Renamo (Résistance nationale du Mozambique), Afonso Dhlakama, a fait au moins 24 morts vendredi 25 septembre.

    « Le fait que la perdrix soit le symbole de la Renamo n’est pas une coïncidence. A chaque fois que Dhlakama fait l’objet d’une embuscade, il se transforme en oiseau, de telle sorte qu’il soit difficilement reconnaissable au combat », a confié l’un des chefs au journal Folha de Maputo.

    L’explication est loufoque, mais il n’en reste pas moins que, depuis vendredi, personne ne sait où se trouve le leader du principal parti d’opposition mozambicain.

    Discussions sur la NPEV : L’UE salue la contribution du Maroc

    «Le Maroc a été l’un des pays ayant contribué d’une manière considérable à nos discussions relatives à l’avenir de la structure de la politique européenne de voisinage (PEV)». C’est ainsi qu’a parlé Johannes Hahn pour saluer la contribution du royaume Chérifien.

    Le commissaire européen chargé de la Politique européenne de voisinage et des Négociations d’élargissement, Johannes Hahn a selon le Matin.ma, salué, mercredi à New York, la contribution du Maroc aux discussions visant la restructuration de cette politique.

    «Le Maroc a été l’un des pays ayant contribué d’une manière considérable à nos discussions relatives à l’avenir de la structure de la politique européenne de voisinage», a déclaré Johannes Hahn à la presse à l’issue d’un entretien avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar en marge de la 70e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

    Le responsable européen a indiqué selon ladite source, que l’entrevue a, également, permis de discuter de la crise libyenne, et d’entendre l’analyse du Maroc de cette crise et des moyens de la régler.

    «Nous avons un intérêt partagé dans le règlement de cette crise», a souligné Johannes Hahn, assurant que «le développement dans la région revêt pour nous une importance primordiale, et nous considérons que la coopération régionale est l’un des éléments porteurs de paix, de stabilité et de prospérité».

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
    Please enter your name here