Comment Trump a «utilisé» les «gilets jaunes» à son avantage

0
9

Au lendemain des protestations sur les Champs-Élysées, le Président américain a évoqué sur son compte Twitter les «violentes manifestations en France» qui, selon lui, «ne tiennent pas compte de la façon dont l’UE a traité les USA sur le plan du commerce» ou sur leurs «dépenses justes et raisonnables» dans le domaine militaire.

À en juger par sa publication assez ambigüe sur Twitter, Donald Trump semble avoir profité des tensions du 24 novembre à Paris dans le cadre de la mobilisation des «gilets jaunes» pour aborder d’autres sujets, à savoir le commerce avec l’UE et les dépenses militaires.

«Les grandes et violentes manifestations en France ne tiennent pas compte de la façon dont l’Union européenne a traité les États-Unis sur le plan du commerce ou sur nos dépenses justes et raisonnables pour notre GRANDE protection militaire. Il faut remédier à ces deux sujets rapidement», a lancé le Président américain.

La Sede de la OTAN
© SPUTNIK . URIY SOMOV
Berlin répond à la demande de Trump d’accroître les dépenses militaires de l’Otan.

​Depuis des mois, les États-Unis et l’UE ont des désaccords sur le plan commercial. Ainsi, en mars, Washington a imposé de nouvelles taxes pour l’importation de l’acier et de l’aluminium européens, justifiant cette mesure par des «raisons de sécurité nationale». Bruxelles a répondu par l’imposition de taxes sur toute une série de marchandises américaines.

Une autre pierre d’achoppement entre Donald Trump et l’Europe concerne les dépenses militaires. Selon le locataire de la Maison-Blanche, d’autres États membres de l’UE ne contribuent pas suffisamment à l’Otan. Par exemple, lors du sommet de l’Otan qui s’est déroulé les 11 et 12 juillet à Bruxelles, le Président américain a appelé ses partenaires de l’Alliance atlantique à accroître leurs dépenses de défense à 4% du PIB. Il a également réclamé aux alliés, et à l’Allemagne en particulier, d’augmenter leurs budgets militaires afin de respecter leur engagement de les porter à 2% de leur PIB en 2024.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here