Accueil 12 Afrique 12 « Il n’y aura pas de report des élections congolaises »

« Il n’y aura pas de report des élections congolaises »

Dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, le président congolais Joseph Kabila a affirmé le « caractère irréversible de la tenue des élections » et  que la  RDC va « financer l’entièreté » des scrutins de décembre. « Tout sera mis en œuvre pour garantir le caractère apaisé et crédible du scrutin », a en outre promis Joseph Kabila.

Cependant, le numéro un congolais a une nouvelle fois assuré que son pays s’opposerait « à toute ingérence dans le processus électoral en cours ».

Pourtant, après la publication des listes définitives des candidats aux élections présidentielle et législatives, la Ceni entame la dernière phase d’organisation de ces deux scrutins. Or, à trois mois de l’échéance, il manque à la Ceni 289 millions de dollars américain pour boucler le budget général des élections. Ce manque d’argent fait redouter un prétexte pour reporter les élections.

« Nous n’avons ni confiance en la Ceni, ni confiance au gouvernement. C’est un des scénarios que nous envisageons parce que pour nous, les élections doivent avoir lieu le 23 décembre. Au cas où on présenterait le prétexte financier comme celui qui justifierait un quelconque report, la Lucha n’e sera pas prête à cautionner un tel report », affirme Jean Pierre Mulumba, un des membres de la Lucha à Kinshasa.

Demokratischen Republik Kongo | Wahlkommision | (DW/F. Quenum) Le bâtiment de la Ceni à Kinshasa

« Il n’y aura pas de report »

À en croire, Lambert Mende Omalanga, le porte-parole du gouvernement congolais,« les 280 millions de dollars sont disponibles et nous les mettrons à la disposition selon un plan de décaissement qui est convenu entre la Ceni et le gouvernement, c’est-à-dire le ministère des Finances. Il n’y aura pas de report. Ne rêvez pas ! Je vous dis qu’il n’y aura pas de report. Le 23 décembre, il y aura une élection. »

Il s’agit là d’une polémique stérile réplique le rapporteur de la Ceni, commission électorale nationale indépendante. Car, affirme-t-il, les bateaux transportant les machines à voter vont accoster dans trois ports : Matadi en RDC, Mombasa au Kenya et Dar es-Salaam en Tanzanie.

« Ce qui nous reste, à part la logistique, c’est la prise en charge de la main d’œuvre. Et cette main d’œuvre est estimée à plus ou moins 500.000 personnes. Et dans les 280 millions de dollars, la grande partie va être dépensée dans la main d’œuvre dont on n’a pas besoin au mois de septembre. C’est à décaisser à l’approche de ce moment pour payer ce personnel », soutient Jean-Pierre Kalamba Mulumba N’galula, le rapporteur de la Céni.

DW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *