La Belgique tape les journalistes au porte-monnaie et s’attire les foudres de la presse

    0
    6

    Les journalistes belges et étrangers accrédités dans le plat pays ont eu la désagréable surprise d’apprendre qu’ils devront passer à la caisse pour assister aux sommets européens à Bruxelles.

    Les autorités belges demandent 50 euros par semestre pour couvrir les frais générés par les contrôles de sécurité. La presse est vent debout. Contre cette mesure.

    «Violation de la liberté d’informer», «image désastreuse», «manquement aux obligations internationales», les critiques pleuvent sur le gouvernement belge.

    Dollar und Euro
    © SPUTNIK . MIHAIL KUTUZOV
    Pourquoi des journalises seront obligés de payer 50EUR pour couvrir les sommets européens?

    Les journalistes présents à Bruxelles ont récemment appris qu’ils devront payer pour couvrir les sommets européens. Et ils ne décolèrent pas. «Depuis le 1er juin 2018, une nouvelle législation belge prévoit un droit de 50 euros à la charge des employeurs de toute personne faisant l’objet d’un contrôle de sécurité effectué par les autorités belges. Ce contrôle a actuellement une validité de 6 mois. Une facture sera envoyée à votre employeur par les autorités belges», peut-on lire sur le site du Conseil européen. C’est en renouvelant leurs accréditations semestrielles pour les sommets européens que les reporters ont appris la désagréable nouvelle. Concernant les journalistes et les techniciens non basés en Belgique et qui viendront des États membres pour suivre les sommets, c’est le pays qui assure la présidence de l’UE (l’Autriche depuis le 1er juin Ndlr) qui prendra en charge le montant de la taxe.La mesure, qui sera effective à compter du prochain sommet des chefs d’État et de gouvernement le 18 octobre, a pour but de couvrir les dépenses liées aux contrôles de sécurité imposés pour accéder aux «lieux sensibles», dont fait évidemment partie le bâtiment abritant les réunions semestrielles des dirigeants des 28 à Bruxelles.

     

    Source: sputniknews

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
    Please enter your name here