Le conseil régional de la province italienne de Lombardie a adopté mardi une résolution appelant à condamner la politique de l’Union européenne sur la question de la Crimée et à lever les sanctions antirusses.

Ligurie
© Flickr/ Jeremy Nelson
La Ligurie adopte une résolution sur la levée des sanctions anti-russes

La résolution autorise le président du conseil régional de Lombardie et le chef de la région à coopérer avec le gouvernement et le parlement italien, ainsi qu’avec les institutions de l’UE afin de reconsidérer les relations avec la Russie et de promouvoir l’établissement d’un comité pour recueillir des signatures en vue de la levée des sanctions.43 conseillers sur 87 ont voté « pour » la résolution, 15 ont voté contre et deux se sont abstenus.

Selon Paolo Grimoldi, député national, secrétaire de la section du parti de la Ligue du Nord en Lombardie, les sanctions contre la Russie sont « absurdes » parce que le marché russe est très important pour l’économie italienne.

« Ces sanctions économiques absurdes de l’UE et la riposte de Moscou sous forme d’embargo alimentaire nous ont coûté plus de 3,5 milliards d’euros, » — at-il déclaré.

Venise
© Flickr/ ragingwire
La Vénétie exhorte à reconnaître la Crimée en tant que partie de la Russie

La Lombardie est la troisième région italienne, après la Ligurie et la Vénétie, à adopter des résolutions exhortant le gouvernement national à condamner la politique de l’UE à l’égard de la Crimée et à lever les sanctions imposées à la Russie.

Le 6 juillet, les conseillers régionaux de la province de Toscane devraient également adopter une résolution similaire concernant les relations avec la Russie. Cependant, la version toscane ne contient qu’un appel au gouvernement local à tout faire pour « surmonter » le régime des sanctions avec la Russie et ne touche d’aucune façon le sujet sensible de la Crimée.

La Lombardie
© Photo. Roman Klementschitz
La Lombardie pourrait reconnaître la Crimée russe

Le chef du groupe des conseillers de la « Ligue du Nord » Manuel Vescovi a expliqué que le document toscan a été spécialement modifié et « ajusté » par rapport aux résolutions adoptées en Vénétie, en Ligurie et en Lombardie, à la demande des conseillers du parti Parti démocratique, actuellement au pouvoir.En 2014, les relations entre la Russie et l’Union européenne, y compris l’Italie, se sont détériorées dans le contexte de la crise en Ukraine. Bruxelles, Washington et leurs alliés ont présenté plusieurs séries de sanctions antirusses suite au rattachement de la Crimée à la Russie.

La Russie a maintes fois réfuté les allégations, avertissant que les sanctions occidentales étaient contre-productives et sapaient la stabilité mondiale.

Source : sputniknews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here