Le président gabonais Ali Bongo poursuit sa convalescence au Maroc

0
5

Plus d’un mois après son hospitalisation à Riyad, le président gabonais Ali bongo est arrivé au Maroc dans la matinée du jeudi 29 novembre 2018. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères du Royaume chérifien indique qu’il va y poursuivre sa période «de rééducation et de convalescence dans un établissement hospitalier de Rabat».

L’information a été rendue publique ce matin via un communiqué du ministère des Affaires étrangères du Royaume chérifien.

«Le président gabonais va effectuer un séjour médical au Maroc, aux fins de rééducation et de convalescence, dans un établissement hospitalier de Rabat», indique le communiqué.

Le choix de cette destination pour y poursuivre sa convalescence correspond en effet au vœu du président Ali Bongo.

Gabonese President Ali Bongo Ondimba attends a session of the One Planet Summit on December 12, 2017
© AFP 2018 LUDOVIC MARIN
L’Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon en l’absence d’Ali Bongo.

«Ce transfert intervient conformément au souhait de SEM le président Ali Bongo Ondimba, en accord avec les institutions constitutionnelles de la République et conformément à l’avis des médecins traitants», précise le communiqué.Malgré ce communiqué, aucune image officielle de son départ de Ryad ou de son arrivée pour Rabat n’est disponible jusqu’ici, de quoi continuer à alimenter la polémique sur son état de santé. Mardi 27 novembre, l’épouse du président avait annoncé sur son compte Facebook que son mari se rendrait quand même au Maroc mais qu’il devait encore «recouvrer ses pleines capacités physiques». Ali Bongo a répondu favorablement à l’invitation de son «frère», le roi du Maroc, comme l’avait indiqué la Première dame. Cette convalescence devrait durer quelques semaines, voire quelques jours.

Le 17 novembre, l’Union africaine annonçait qu’elle enverrait une mission d’information et d’écoute au Gabon. L’organisation panafricaine exprimait ses préoccupations par rapport à la crise politique qui secoue le pays, crise liée à l’état de santé du chef d’État gabonais. L’institution invitait les acteurs politiques à préserver la paix.

Ali Bongo Ondimba
© AFP 2018 LUDOVIC MARIN
Au Gabon, la santé d’Ali Bongo inquiète, la présidence se veut rassurante.

Une sortie de l’Union africaine qui a été motivée par la posture de la Cour constitutionnelle gabonaise. Cette dernière avait annoncé mercredi 14 novembre l’ajout d’un alinéa à l’article 13 de la Constitution permettant au vice-président du pays de présider le Conseil des ministres en l’absence du Président de la République. Une modification de la Constitution qui a suscité un tollé général dans les rangs de l’opposition qui revendique plutôt la constatation de la vacance au pouvoir et l’organisation d’une élection dans les délais prévus par ladite Constitution.
Ali Bongo Ondimba, 59 ans, est absent de son pays depuis fin octobre pour des raisons de santé. Il avait été hospitalisé à Ryad, en Arabie Saoudite, où il prenait part au Davos du désert. La polémique sur l’état de santé du Président et sa capacité à continuer diriger le pays malgré les multiples communications de la présidence visant à rassurer les gabonais continue d’enfler au Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here