Le vrai «coupable» de l’obésité est identifié par des scientifiques

0
4

Les aliments prêts à cuire et le fast food sont reconnus par les scientifiques comme principaux «coupables» de l’obésité. Ces aliments sont plus néfastes pour la santé que la nourriture domestique ou crue, même dans le cas où les deux régimes ont la même proportion de calories, de sucre, de graisses, de protéines et de sel.

Les médecins américains ont établi que le fast food et les aliments prêt à cuire contribuaient considérablement plus fortement au développement de l’obésité que la nourriture domestique ou crue. Ils ont publié leurs conclusions dans la revue Cell Metabolism.

Burger (image d'illustration)
CC0 / FREE-PHOTOS
Une étude révèle les dangers tacites que réservent les burgers végétariens.

«J’étais extrêmement étonné. Initialement je pensais que si nous “égalisions” les régimes par la quantité de calories, de sucre, de graisses, de protéines et de sel, les aliments industriellement préparés ne disposeraient pas de quelconques qualités “magiques” obligeant les personnes à manger trop. Mais c’est vraiment la vérité, les individus qui ont consommé de tels plats ont absorbé beaucoup plus de calories et ont pris du poids plus vite», a expliqué Kevin Hall de l’Institut National du diabète de Bethesda.

Avec ses collègues, ils ont mené des expériences afin d’examiner l’idée que le fast food et les aliments prêt à cuire troublent le métabolisme et obligent une personne à trop manger. De ce fait, les scientifiques ont divisé des volontaires qui ne souffrent d’aucune maladie chronique, pas plus que d’obésité, en deux groupes, et les ont laissé vivre pendant quelques semaines dans un laboratoire.

Ils ont proposé à un groupe le régime sain, qui ne comprend pas de produits prêts à consommer, alors que l’autre a mangé exclusivement des aliments prêt à cuire. Au bout de 15 jours, les participants ont échangé les rôles.

Le nombre des calories et la valeur alimentaire de chacun de ces régimes ne se distinguaient pas, cependant les scientifiques ne limitaient personne à grignoter divers casse-croûtes entre les repas. Kevin Hall et son équipe n’intervenaient pas dans la vie des participants, ne faisant qu’observer dans quelle quantité ils mangeaient, ainsi que leur activité physique, pour avoir une idée de combien d’énergie ils dépensaient.

Burger
CC0 / DAGNYWALTER
Des scientifiques révèlent un lien entre fast-food et maladies mentales.

À la surprise des chercheurs, le type d’aliments a fortement influencé l’appétit des participants: les deux groupes ont ainsi consommé en moyenne 500 calories de plus par jourquand ils suivaient le régime consistant en des aliments prêts à cuire et du fast food. Par conséquent, ils ont pris du poids quand ils sont passés à ce régime, mais en ont perdu s’ils ont consommé de la nourriture crue ou domestique.

Même si le niveau d’activité physique des participants qui mangeaient du fast food a été un peu plus haut que celui des participants du deuxième groupe, cela ne suffisait pas pour compenser les nutriments.

Les scientifiques ont souligné qu’ils ne connaissaient pas encore la raison de cet effet «magique» du fast food, mais ils supposent qu’il provient du fait que les aliments prêt à cuire et le fast food sont plus lents à digérer et qu’ainsi l’organisme humain ne comprend pas aussi vite qu’il a déjà reçu assez de nourriture, et continue donc à en réclamer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here