Messages payants et publicité: Facebook lance la monétisation de WhatsApp

0
8

Résultat de recherche d'images pour "Messages payants et publicité: Facebook lance la monétisation de WhatsApp"Mark Zuckerberg l’a toujours assuré: Facebook a bien l’intention de rentabiliser le rachat de WhatsApp. Mercredi 1er août, le réseau social a officiellement lancé le processus de monétisation de l’application de messagerie, qu’il a rachetée en 2014 pour 19 milliards de dollars (16,3 milliards d’euros). Il a dévoilé de nouvelles options payantes pour les entreprises souhaitant communiquer avec les utilisateurs de la plate-forme. Et annoncé la prochaine arrivée de publicités.

DÉPART DU FONDATEUR

Cette annonce intervient une semaine après un plongeon boursier historique. En une séance, la capitalisation boursière de Facebook a fondu de 119 milliards de dollars. Au deuxième trimestre, l’entreprise a connu un ralentissement de sa croissance. Et le nombre d’utilisateurs n’a augmenté que de 1,5%, un plus bas historique. Ses responsables ont aussi prévenu que cette décélération devrait se poursuivre, entraînant une nette contraction des marges. Dans ce contexte, la monétisation des autres applications est donc primordiale.

Fin avril, Jan Koum, le fondateur et patron de WhatsApp, avait par ailleurs annoncé sa démission. Selon la presse américaine, sa décision est liée à des différends avec les dirigeants du réseau social, en particulier sur l’utilisation des données personnelles. En 2016, contrairement à sa promesse, la messagerie avait par exemple commencé à fournir à Facebook des informations, comme les numéros de téléphone et les smartphones utilisés, pouvant être utilisées à des fins publicitaires.

MESSAGES PAYANTS

WhatsApp avait aussi accepté de revoir son modèle économique et de s’ouvrir aux entreprises. Depuis l’an passé, l’application, qui compte plus de 1,5 milliard d’adeptes, leur permet de communiquer directement avec des utilisateurs. Selon WhatsApp, plus de trois millions de sociétés utilisent déjà cette fonctionnalité. Pour toucher de nouveaux clients, elles auront désormais la possibilité d’acheter des publicités sur le fil d’actualités de Facebook, qui ouvriront directement une discussion sur WhatsApp.

Les conversations resteront gratuites à condition que les entreprises répondent sous 24 heures. Passé ce délai, elles devront payer entre 0,5 et 9 cents (0,43 et 7,7 centimes d’euro) pour envoyer un message, en fonction du pays. De nouvelles options payantes seront par ailleurs facturées au même tarif. Elles permettront notamment d’envoyer automatiquement des notifications « non promotionnelles », comme une carte d’embarquement, la confirmation d’une livraison ou le rappel d’un rendez-vous.

PUBLICITÉS SUR LES STATUS

A partir de 2019, WhatsApp commencera ensuite à afficher des publicités. Elles seront initialement limitées aux status, l’équivalent des « stories », un format popularisé par Snapchat qui permet de partager pour une durée limitée des photos et de courtes vidéos. Plus de 450 millions d’adeptes de WhatsApp utilisent cette fonctionnalité chaque mois. Pour le moment, l’application ne prévoit pas d’afficher des publicités dans la boîte de réception, comme le fait Facebook Messenger.

L’arrivée de la publicité marquera une véritable rupture pour WhatsApp. Refusant de se plier au modèle publicitaire, ses fondateurs avaient initialement adopté un modèle payant (99 centimes par an après une première année gratuite). Au moment du rachat, en 2014, M. Zuckerberg semblait partager leur avis. « Je ne pense pas que la publicité soit le meilleur moyen de monétiser les services de messagerie », assurait-il alors.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here