0048-nouvelle-journee-de-mobilisation-en-france-contre-la-loi-travailLe 15 septembre, les syndicats organisent une nouvelle journée de manifestations contre la loi travail. Partout en France, lycéens et étudiants sont particulièrement mobilisés. A Belfort, les manifestations iront de pair avec la crise Alstom.

Après de longs mois de lutte sociale (de mars à juillet) qui n’ont pas su faire plier l’exécutif, des appels à la grève ont de nouveau été lancés dans la fonction publique, à la Poste, chez Air France et France télévisions ou encore au sein des intermittents du spectacle.

Voir l'image sur Twitter

«Une mauvaise loi, même adoptée, reste une mauvaise loi», a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT qui espère «une grosse mobilisation». Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, est, lui, plus pessimiste, s’attendant à voir «moins de monde».

Voir l'image sur Twitter

Lors de la précédente journée de mobilisation, le 5 juillet dernier, au début des vacances scolaires, à peine 30 000 personnes étaient descendues dans la rue, selon la police, entre 6 500 et 7 500 à Paris (45 000 à Paris, selon les syndicats). La plus forte mobilisation, le 31 mars, avait réuni 390 000 personnes dans toute la France, selon la police, 1,2 million selon les syndicats.

Dans la capitale, la manifestation pour l’abrogation de la loi travail partira à 14h de la place de la Bastille pour se diriger vers la place de la République.

Voir l'image sur TwitterAlors que les précédentes manifestations, notamment celles du mois de mars, avaient été entachées de violences, le 15 septembre, près de 1 200 policiers seront mobilisés, selon une source policière.

A Nantes, des établissements bancaires ont notamment décidé de prendre des mesures de précaution en barricadant leurs vitrines, souvent prises pour cible par les casseurs.

Avant la mobilisation, les lycéens très motivés sur la toile

Avec des mots-clés comme «#Blocus15Septembre» et un grand nombre de détournements d’images, les réseaux lycéens se préparent sur internet à réactiver le mouvement contre la loi travail, appelant notamment à des blocus d’établissements scolaires.

En première ligne de cette web-contestation, les militants du Mili (Mouvement inter luttes indépendant), composé surtout de lycéens mais aussi d’étudiants. Presque toujours cagoulés et vêtus de noir, les militants de ce mouvement ont toujours été très présents lors des mobilisation contre la loi El Khomry et parfois à l’origine de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Voir l'image sur Twitter

Sur Twitter et Facebook, le Mili (avec ses 20 000 abonnés) appelle à «occuper les salles» des lycées et propage un texte pour «perturbe[r] ta ville et abroger la loi travail», appuyée sur deux hashtags à la popularité grimpante, #PerturbeTaVille (près de 1 600 tweets postés le 12 septembre) et #Blocus15Septembre.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Source