Laurent Vergne

RIO 2016 – Jusqu’au coup d’envoi des Jeux de Rio, nous vous proposons un focus sur cinq sports qui pourraient rapporter au cumul environ la moitié des médailles françaises au Brésil. Deuxième volet avec l’escrime, désireuse d’effacer le traumatisme de Londres en 2012.

Les Jeux Olympiques, ce sont près de 40 sports. La France, elle, vise environ 40 médailles. Une par sport ? Pas vraiment. Dans environ la moitié des disciplines, la France ne possède aucune chance de médaille sauf colossale surprise.

Pour atteindre son objectif, la délégation tricolore compte principalement sur quelques gros pourvoyeurs : judo, escrime, voile, cyclisme ou natation pourraient ainsi, à eux cinq, générer environ 50% des podiums et des médailles d’or. Si la France veut atteindre la barre des 40 médailles, il y aura besoin d’eux.

  • Episode 1 : Le judo, cette valeur (très) sûre

L’escrime, aux Jeux, c’est…

Le sport numéro un, historiquement. Le seul, depuis 1896, à avoir apporté à la France plus de 100 médailles. 115 au total. C’est aussi le plus gros pourvoyeur de médailles d’or (41). L’escrime française et les J.O., c’est une longue histoire d’amour permanente. Enfin, presque…

A Londres, c’était…

Un fiasco. Pour la première fois, les escrimeurs tricolores avaient bouclé leurs Jeux sans la moindre médaille. Un vrai traumatisme pour ce sport habitué à gâter la délégation française et qui vit essentiellement à travers ses performances olympiques. Mais ce naufrage ne venait pas de nulle part. Il a sanctionné des errements fédéraux et des années de baisse progressive dans les résultats.

Qu’espérer à Rio ?On compte sur eux - 4 ans après le naufrage, l'escrime est prête à retrouver son rang

Le gros avantage, c’est que les Bleus ne peuvent pas faire pire qu’à Londres. Les escrimeurs ont besoin de refermer une plaie. Ça tombe bien, ils en ont les moyens. Rio a de bonnes chances de marquer le retour au premier plan des nations traditionnelles. L’ère des Razzia est terminée, mais il serait très décevant que les Français ne retrouvent pas, au moins partiellement, leur place dans le concert international.

La France possède une arme très forte, l’épée masculine. L’épreuve par équipes n’était pas au programme à Londres. Son retour assure presque une médaille aux Tricolores, qui possèdent trois des six premiers du classement mondial (Grumier, Borel, Jérent). En individuelle, Gauthier Grumier, numéro un mondial, brigue aussi une médaille et il n’est pas le seul. Mais c’est surtout au niveau collectif que la France espère tirer son épingle du jeu. Les sabreuses figurent au troisième rang mondial par équipes et presque toutes les armes peuvent avoir leur mot à dire pour le podium. La fédération a fixé un objectif ambitieux mais finalement assez raisonnable au regard du potentiel de cette équipe : quatre médailles, dont deux titres.

Julien Mertine, Erwann Le Pechoux, Enzo Lefort et Jeremy Cadot, champions d'Europe en fleuret par équipes - 2015

Julien Mertine, Erwann Le Pechoux, Enzo Lefort et Jeremy Cadot, champions d’Europe en fleuret par équipes – 2015AFP

Notre pronostic

  • Fourchette basse : 2 médailles, 0 en or
  • Fourchette raisonnable : 4 médailles, 1 en or
  • Fourchette haute : 6 médailles, 3 en or

La sélection française

  • Epée messieurs (individuel et par équipes): Yannick Borel, Gauthier Grumier, Daniel Jérent
  • Epée dames (individuel et par équipes): Marie-Florence Candassamy, Auriane Mallo, Lauren Rembi
  • Fleuret messieurs (individuel et par équipes): Jérémy Cadot, Enzo Lefort, Erwann Le Pechoux
  • Fleuret dames (individuel): Ysaora Thibus, Astrid Guyart
  • Sabre messieurs (individuel): Vincent Anstett
  • Sabre dames (individuel et par équipes): Cécilia Berder, Manon Brunet, Charlotte Lembach. Remplaçante par équipes: Saoussen Boudiaf
 Source : eurosport

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here