Petit déjeuner : ne pas en prendre favorise le risque d’AVC

0
1

istock_000091610213_medium_miniIl y a 150 000 AVC chaque année. Modifier ses habitudes alimentaires peut prévenir l’accident vasculaire cérébral. Que faire ?

Une étude, réalisée par des chercheurs japonais, et dont les résultats sont parus dans la revue Stroke, montre l’importance de prendre un petit déjeuner pour combattre le risque d’AVC.

Un petit déjeuner contre l’hypertension matinale

Les chercheurs ont suivi, pendant quinze ans, 80 000 femmes et hommes âgés de 45 à 74 ans, en bonne santé. Ils se sont aperçus que l’absence de petit déjeuner augmente de 18 à 36 % le risque de faire un AVC, et notamment un AVC hémorragique. 

Les explications des chercheurs sont les suivantes : les personnes qui ne prennent pas de petit déjeuner le matin ont forcément une période de jeûne plus longue. Cette dernière peut aller de seize à dix-sept heures. Cette longue période d’abstinence de repas active l’axe hypothalamo-hypophysaire qui a tendance à augmenter la pression artérielle.

Cette hypertension artérielle matinale favorise l’AVC.

Comment composer son petit déjeuner ?

Un Français sur cinq ne prend pas de petit déjeuner. Ce dernier doit pourtant représenter entre 15 et 25 % des apports journaliers recommandés. Il se compose de :

  • un produit céréalier : pain complet, céréales… Les viennoiseries doivent être réservées à des occasions ponctuelles car elles sont riches en graisses et en sucre ;
  • un produit laitier : bol de lait, yaourt, fromage blanc, petit-suisse…
  • un fruit : préférentiellement de saison ou une compote sans sucre ajouté ;
  • une boisson : café, thé, chocolat, infusion…

Source: http://www.santemagazine.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here