Pour dénonciation calomnieuse du Président IBK: un autre collectif d’associations porte plainte contre le Biprem

0
1

biprem_Diawara_696x200_715008352Le Collectif des associations pour le développement socio-économique et la paix au Mali, regroupant une centaine d’associations, a porté plainte contre le BIPREM, le 14 mars dernier, au Tribunal de grande instance de la commune III, pour dénonciation calomnieuse sur la personne du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA. Les responsables dudit collectif ont animé, hier jeudi 24 mars, une conférence de presse, à Maison de la presse, pour expliquer le bien-fondé de leur plainte.

Les conférenciers étaient Marie-Reine KONE, Souleymane CAMARA, Alou KEITA, Adama DIALLO et Sory SARRE, tous responsables d’associations membres du Collectif.
Selon la conférencière Marie-Reine KONE, leur plainte contre le BIPREM a été déposée au Tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako, le lundi 14 mars, à travers le Conseil du cabinet de Me Modibo CISSE, Avocat à la Cour.

Pour les responsables du Collectif, la plainte du BIPREM Fasoko contre la première institution de la République, devant la Haute Cour de justice, est une plaisanterie de mauvais goût. Une dénonciation calomnieuse qu’ils estiment de nature à ternir l’image de notre pays, qui souffre déjà des enjeux politico-sécuritaires.

‘’Conscient que la paix, la réconciliation et le vivre ensemble entre citoyens de ce pays ne seront possibles que dans la conjugaison des efforts et dans la quiétude, le Collectif des associations pour le développement socio-économique du Mali dénonce une instrumentalisation et une manipulation de l’opinion nationale et internationale par une association politisée jusqu’à la moelle épinière et animée par des personnes de moralité douteuse et dont l’amour pour le Mali reste à prouver’’, a souligné le Collectif dans sa déclaration.

Aussi, les conférenciers ont appelé les citoyens maliens, animés par l’amour du pays, à se lever comme un homme pour barrer la route à l’incivisme galopant et à toute diversion. Pour eux, chaque Malien doit se constituer en bouclier pour défendre et faire respecter avec hargne les institutions de la République.

Le Collectif des associations pour le développement socio-économique et la paix au Mali, affirme se sentir visé par ce qu’il qualifie de montage de calomnies de la part du BIPREM. Il soutient que cette plainte est une atteinte grave à la stabilité et à la cohésion sociale dans notre pays qui peine à se remettre d’une grave crise qui a porté préjudice à son développement économique et social.

Les conférenciers ont expliqué le bien-fondé de leur plainte contre le BIPREM en insistant sur l’article 16 de la Constitution qui dispose : ‘’en cas de calamité nationale constatée, tous les citoyens ont le devoir d’apporter leur concours dans les conditions prévues par la loi’’.

Par ailleurs les conférenciers ont saisi l’occasion pour démonter point par point les griefs formulés par le BIPREM dans sa plainte déposée contre le président de la République pour haute trahison.

 PAR MODIBO KONE

Source: Info Matin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here