Pour la Turquie, l’UE doit s’attaquer à la source du problème migratoire

0
1

00024Pour la Turquie, l'UE doit s'attaquer à la source du problème migratoireDes leaders d’un certain nombre de pays européens ont appelé l’UE à penser à créer une carte routière alternative qui pourrait remplacer le deal avec la Turquie sur les réfugiés.

Dans une interview accordée à Sputnik, Ozturk Turkdogan, le président de l’Association turque des droits de l’homme, explique s’il existe un plan de secours pour la résolution de ce problème, et si cette alternative serait réalisable sans la participation de la Turquie.

D’après lui, depuis le début, la Turquie considère inadmissible l’accord avec l’UE sur les migrants du point de vue du droit des réfugiés.
La question qui se pose logiquement est la suivante: est-il possible de trouver une alternative? Pour l’instant, la Turquie, après le coup d’Etat, est complètement plongée dans ses problèmes intérieurs. Et même si on parle aujourd’hui d’un soi-disant “Plan B” dans les hautes sphères de l’UE, d’après M.Turkdogan, il ne serait réussi que s’il s’agit des réfugiés qui se trouvent en Grèce à l’heure actuelle.

Recep Tayyip Erdogan
© AFP 2016 ADEM ALTAN
Erdogan dénonce les “préjugés” de l’Europe envers la Turquie

Ainsi, selon M.Turkdogan, sans la participation de la Turquie, aucun plan de secours ne sera efficace. Selon lui, l’Europe n’essaye pas de résoudre le problème mais ses conséquences, alors qu’elle doit viser en premier lieu le conflit en Syrie “par le biais de la conférence de paix en attirant toutes les forces démocratiques de Syrie”.

“Nous sommes persuadés que l’assurance de la paix en Syrie incitera des Syriens à rentrer chez eux”, assure le président de l’Association turque des droits de l’homme.

Cela, d’après lui, aidera l’Europe à éviter un nouvel afflux de migrants.

Scènes de liesse en Turquie suite à l’échec du coup d’Etat
© AFP 2016 Yasin AKGUL
L’Europe se lie d’amitié avec les ennemis de la Turquie, selon Ankara

M.Turkdogan est convaincu que si les Européens ne prennent pas des mesures et n’assurent pas la paix sur le territoire syrien dès aujourd’hui, ils devront affronteront des problèmes politiques et socio-économiques durables. Les réfugiés continueront à affluer en Europe — si ce n’est par la Turquie, ça sera par l’Ukraine.

Et de conclure que les migrants sont aussi des êtres humains et qu’il ne faut pas marchander leurs droits fondamentaux.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here