Présidentielle au Mali : ce que les 2 000 observateurs du Pool citoyen malien ont constaté

0
0

Le Pool d’observation citoyenne du Mali (Pocim) a livré lundi les résultats des remontées des 2 000 observateurs déployés dans tout le pays lors du scrutin du premier tour de l’élection présidentielle. Indisponibilité des cartes d’électeurs, bureaux fermés, problèmes sécuritaires… Ibrahima Sangho, chef de la mission, revient en détail sur leurs constatations.

Le Pool d’observation citoyenne du Mali (Pocim) a déployé plus de 2 000 observateurs, dimanche, lors du premier tour du scrutin présidentiel. C’est la plus grande mission d’observation. À titre de comparaison, la Mission d’observation de l’Union européenne dirigée par l’ex-ministre italienne Cécile Kyenge en avait déployé un peu plus d’une centaine.

Le Pocim regroupe l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali (Observatoire), le Groupe Pivot/Droit et Citoyenneté de la Femme (GP/DCF), le Conseil National de la Jeunesse du Mali (CNJ), les Volontaires pour le Mali (VPM) et l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD-Mali). Ses agents ont couvert 10% des bureaux de vote sur l’ensemble des cercles du pays.

Outre les irrégularités et incidents notés à Bamako et dans le centre du pays, les observateurs du Pocim ont également attiré l’attention des autorités et des structures organisatrices de l’élection, tout au long de la journée de dimanche, dès qu’ils identifiaient des irrégularités. Au lendemain du vote, Ibrahima Sangho, chef de la mission, détaille à Jeune Afrique les incidents qui ont émaillé ce scrutin et les difficultés rencontrées par les observateurs sur le terrain.

J.A

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here