Sidiki Diabaté, sur les traces du père…

0
3

b998737c1fadb4532aff61629ed0f96a_LSidiki Diabaté, le fils du célèbre Toumani Diabate, l’un des plus grands joueurs de Kora d’Afrique, est sans nul doute, actuellement, l’étoile montante de la musique malienne.

En effet, à tout juste 25 ans, et avec des titres plébiscités par toute la jeune génération, il est en train de devenir l’artiste le plus en vogue d’Afrique subsaharienne.

Valeur montante de la musique malienne qu’il est met au goût du jour, ce jeune musicien est l’un des artistes les plus suivis de son pays. Après avoir rempli les plus grands stades et salles de Bamako, il est parti, depuis quelques mois, à l’assaut des scènes africaines et européennes.

Après Paris, le 10 avril dernier au Trianon, célèbre salle parisienne, ce sera au tour de Bruxelles, la capitale belge, d’accueillir, le 16 Avril prochain, le jeune Malien, qui se rendra aussitôt après à Tunis, pour un concert, le dimanche 17 avril. Puis Abidjan accueillera à son tour Sidiki Diabaté, le 7 mai. Et, on se rappelle que cet artiste multi-instrumentiste, très demandé, s’est  également produit récemment, le 19 février exactement, dans la capitale sénégalaise, au Centre International du Commerce Extérieur du Sénégal (Cices) lors d’une soirée live.

Sidiki se trouve en fait sous les feux de la rampe depuis son morceau « Inianafi Debena », qui comptabilise à ce jour plus d’un million de vues  sur Youtube,  et qui a été repris par Booba, rappeur franco-sénégalais, sous le titre  « Validée ». Ce dernier, on s’en rappelle, l’avait, par ailleurs, invité à partager un duo sur la scène de Bercy devant 25 000 personnes.

De Bamako à Dakar, tous les tubes les plus célèbres du jeune artiste, comme «Fais-moi confiance »,  « Walaye », « C’est bon » sont diffusés en boucle sur les grandes stations radios et télé des capitales africaines mais aussi lors de grandes occasions comme les mariages.

Sidiki est à la fois auteur, compositeur, interprète mais aussi programmeur, arrangeur et ingénieur du son. Son originalité réside dans la magie qu’il a su faire naître du mélange entre l’instrument traditionnel (la Kora) et la programmation numérique. Il est, de plus, l’arrangeur de tous les jeunes artistes traditionnels collaborant avec les rappeurs du Mali grâce à son sens inné du mélange des (deux) musiques. Et, en sus de la Kora, il est également pianiste.

En 2010, Sidiki a été doublement récompensé au Mali. En effet, Il a reçu le Hip Hop Awards du meilleur beat maker, et son groupe de hip hop GRR a remporté le Award du meilleur groupe de rap grâce à la composition musicale de Sidiki, mêlant musique traditionnelle et moderne.

Sidiki Diabaté s’est encore vu décerner, lors de la 11e édition des Trophées de la Musique au Mali (Tamani), qui ont eu lieu du 25 au 27 février 2016 au palais de la culture Amadou Hampâté BA à Bamako, le Tamani de l’espoir de la musique malienne.

Le jeune Sidiki  est, en outre, membre du Symmetric Orchestra,  groupe créé par son père, Toumani Diabaté, regroupant plus d’une vingtaine de musiciens, et qui s’est produit, il y a deux ans à l’institut Français de Dakar, lors du Festival Africa Fête.

Né à Bamako au Mali, Sidiki est issu de la 72ème génération d’une des plus exceptionnelles familles de griots et de joueurs de Kora. Sidiki Diabaté est, de surcroît, le plus jeune Africain de l’histoire des Grammy Awards. Il est ainsi surnommé le « Petit prince de la Kora ».

Dans une récente interview, qu’il a accordée au site jeuneafrique.com, il déclarait : « Quand je joue ma musique, j’ai le sentiment de représenter la culture africaine. Mais c’est aussi ma carte d’identité : l’instrument sur lequel je joue, la kora, est l’un des symboles de la société mandingue ».

Source: http://www.bamako360.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here