Suite au putsch raté, le ton monte entre Ankara et l’UE

    0
    1

    016-Suite au putsch raté, le ton monte entre Ankara et l’UEAnkara s’acquitte de toutes ses obligations envers l’Union européenne (UE) et ne reçoit en échange qu’une volée de critiques, affirme le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu.

    Fethullah Gülen
    © AP PHOTO/ SELAHATTIN SEVI, FILE
    « Pas de compromis! » pour l’extradition de l’ennemi N°1 d’Erdogan

    « Nous avons fait de notre mieux pour remplir les conditions requises par la procédure d’adhésion à l’UE. Mais tout ce qu’on reçoit en retour de la part de nos partenaires européens, ce ne sont que des menaces, des offenses et un blocus total (suite au putsch avorté, ndlr) », a confié le ministre au journal allemand Bild.Et de souligner: « Nous avons signé des accords qui stipulent clairement qu’en octobre prochain, un régime sans visa sera accordé à tous les citoyens turcs. Mais dès que je cite ces accords préalablement établis, plusieurs y réagissent avec indignation. Il est hors de question que nous fassions tout de notre côté et que la Turquie ne reçoive rien en échange. »

    « Soit on applique tous les accords simultanément, soit on les met tous de côté. Cela m’inflige qu’on nous critique pour avoir réclamé les trois milliards d’euros de l’aide financière prévue. Cet argent n’est cependant pas destiné à nous, mais aux réfugiés. »

    « C’est la Turquie qui porte ce fardeau. C’est nous qui avons déjà dépensé 25 milliards de dollars. Mais en retour on ne reçoit de nos partenaires européens que le message: +ici, c’est nous qui commandons et par conséquent, on va procéder comme cela+. Mais cela ne nous convient pas. Cette approche est aberrante », conclut-il.

    Les drapeaux européen et turc
    © AP PHOTO/ BURHAN OZBILIC
    La Turquie lance un ultimatum migratoire à l’UE

    La relance des négociations d’adhésion UE-Turquie, tout comme l’exemption de visas pour les ressortissants turcs, sont les principales contreparties exigées par Ankara pour continuer à bloquer le flux de migrants vers l’Europe, selon les termes d’un accord conclu avec l’UE en mars.Le président Recep Tayyip Erdogan a menacé de renoncer à cet accord si une exemption de visa n’était pas garantie pour les Turcs.

    Source

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
    Please enter your name here