Dans une interview accordée à la chaîne Arte, le chef de l’État met en garde contre une « partition de la Syrie ».

Francois-hollande-lors-d-une-interview-pour-arte-le-5-octobre-2015
                                                                                     François Hollande : « Vladimir Poutine n’est pas notre allié en Syrie » 

Les relations entre Paris et Moscou, très froides depuis la crise ukrainienne, sont d’autant plus tendues depuis la révélation de frappes aériennes russes contre des civils et opposants syriens au régime de Bachar al-Assad et non pas contre des positions de l’État islamique. « Je l’ai rappelé vendredi à Vladimir Poutine : toutes les frappes, celles que la Russie peut faire avec le gouvernement syrien et celles que nous faisons dans le cadre de la coalition, doivent toucher Daesh. (…) Nous devons faire en sorte d’avoir Daesh comme adversaire, c’est pour ça que nous le frappons et c’est pour ça que nous demandons aux Russes d’avoir la même attitude », a expliqué François Hollande. La Russie a en tout cas indiqué samedi qu’elle comptait intensifier ses frappes en Syrie, qui sèment selon elle « la panique » au sein du groupe État islamique.

Ce qui est important, c’est d’éviter la partition de la Syrie et surtout une lutte religieuse

François Hollande

François Hollande a également réitéré sa mise en garde contre une division de la Syrie qui aurait des effets dévastateurs sur la région instable. « Ce qui est important, c’est d’éviter la partition de la Syrie et surtout une lutte religieuse qui serait entre les chiites, soutenus par l’Iran et en l’occurrence par la Russie, et les sunnites, soutenus par les pays du Golfe. On voit bien les conséquences : ce serait une guerre non pas simplement à l’échelle de la Syrie, mais à l’échelle de toute la région », a prévenu le président français.

Quelques heures plus tôt, lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Alain Juppé imputait la montée de l’État islamique à Bachar al-Assad et estimait qu’il était désormais difficilement envisageable de « s’engager dans un processus » confortant le président syrien. Selon le maire de Bordeaux, il faut ainsi « trouver une solution pour se priver de Bachar al-Assad, sans être à la remorque de la Russie« .

Source: rtl.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here