Un policier canadien fait un «bad trip» avec du chocolat au cannabis volé lors d’un raid

0
11

Un agent de police canadien a mangé une barre de chocolat à la marijuana alors que ses collègues réalisaient une intervention dans un magasin de marijuana illégal de Toronto. Cependant, ce qui est arrivé ensuite lui a vite fait regretter cette initiative.

Les faits se sont déroulés en janvier, lors d’une intervention de police dans un magasin de marijuana illégal de Toronto, au Canada. Ce jour-là, un policier, assurant n’avoir jamais consommé de cannabis auparavant, a eu l’idée de voler trois barres de chocolat noisette au cannabis et de les manger avec son partenaire, relate The Daily Mail.

Une fois quelques bouchées avalées, l’homme s’est senti mal au point de croire qu’il «allait mourir». C’est ainsi qu’il a appelé les secours en utilisant un code spécial pour les officiers en difficulté.

«Mon cœur battait la chamade. J’avais l’impression qu’il allait sortir de ma bouche», a déclaré le policier dans un document du tribunal. «J’ai tout de suite compris à quel point j’avais été stupide… À ce moment-là, je ne me souciais plus des chances d’être pris ou des conséquences professionnelles, je voulais juste une aide médicale», a-t-il poursuivi.

Lorsque les secours sont arrivés, ils ont constaté que les deux agents «semblaient être en détresse». Ils les ont transportés à l’hôpital où, après avoir vomi, les patients se sont sentis mieux.

Un test sanguin a par la suite révélé la présence de tétrahydrocannabinol (THC), le composé psychoactif du cannabis.

menottes
Un policier chinois parvient à désarmer un criminel grâce à un stratagème.

Le premier policier a ensuite plaidé coupable d’avoir tenté d’entraver la justice et a déclaré qu’il ressentait du remords et de la honte.Le juge chargé de cette affaire a même déclaré que le policier en question était juste «un idiot complet».

Ayant démissionné, l’agent espère ne recevoir que 200 heures de travaux d’intérêt général assortis d’une libération conditionnelle. Le procureur de la Couronne suggère cependant une peine avec sursis de 21 mois dont 10 mois en résidence surveillée. La date de l’audience qui déterminera la sentence du tribunal sera fixée la semaine prochaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here