Voici le ver Bobbit, l’un des plus terrifiants prédateurs des océans

0
3

i_ver-bobbit-donner-cauchemars1De tous les prédateurs marins, le plus insidieux est certainement le ver Bobbit. Cette créature cauchemardesque est en effet capable de capturer ses proies en un clin d’œil et de les couper en deux.  Les océans recèlent de créatures hostiles. Parmi ce bestiaire monstrueux, il existe un spécimen particulièrement effrayant : le ver Bobbit. Également connu sous le nom scientifique Eunice aphroditois, cette espèce de ver marin polychète se distingue par sa redoutable stratégie de prédation. Son corps robuste et annelé peut atteindre jusqu’à trois mètres pour un diamètre de 2,5 centimètres. Malgré cette envergure imposante, l’animal est capable de s’enterrer complètement dans le fond des océans pour échapper à l’attention de ses proies. Un terrible prédateur Tapi sous la couche de sédiments, il attend patiemment sa prochaine victime. Il est capable de repérer sa présence au moyen de ses cinq antennes ultra sensibles. Lorsqu’un poisson s’aventure par mégarde un peu trop près du prédateur, celui-ci se retrouve piégé en un clin d’œil. Il n’a même pas le temps de réagir que le ver lui a déjà sauté sur lui et l’a coupé en deux avec ses puissantes mâchoires. Comme si cela ne suffisait pas, la créature est également recouverte de soies urticantes capables d’engendrer la paralysie. En contact avec l’homme, l’animal peut provoquer un engourdissement de la zone touchée. Autant dire qu’il est préférable de ne pas trop s’y frotter. Sachez toutefois que le ver évolue uniquement dans le bassin Indo-Pacifique. Un squatteur d’aquarium Il est cependant déjà arrivé de retrouver le spécimen en dehors de cette zone, après avoir été involontairement introduit dans l’aquarium de particuliers. Ce genre de cas est heureusement assez rare mais a déjà été documenté. Le ver Bobbit peut même y vivre durant des années dans ce vivier, dissimulé dans le corail, sans que personne ne remarque sa présence. De quoi donner des sueurs froides à tous les aquariophiles… Et comble de l’horreur : ce ver doit son nom à l’affaire Bobbitt au cours de laquelle Lorena Bobbitt aurait coupé le pénis de son mari violent avec un couteau de cuisine. La femelle du ver est en effet soupçonnée de couper l’organe génital du mâle durant l’accouplement pour nourrir ses petits.

Source : http://www.maxisciences.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, inserez votre commentaire!
Please enter your name here